Accueil » Albums » Unreleased Masters

Unreleased Masters

Jackson 5
I Want You Back! Unreleased Masters
2009

Motowns Records propose de découvrir grace à cet album 12 titres jamais commercialisés auparavant dont certains totalement inédits.

1. Medley: I Want You Back/ABC/The Love You Save 3:06
(The Corporation: Deke Richards-Berry Gordy-Freddie Perren-Alphonso Mizell)
Produced an Arranged by The Corporation
Recorded fall 1971

2. That's How Love Is 2:39
(Deke Richards-Freddie Perren-Alphonso Mizell)
Produced and Arranged by The Corporation
Recorded 1970

3. Listen I'll Tell You How 3:01
(Bobby Taylor-N. Moloci)
Produced by Bobby Taylor
Arranged by Gene Page
Recorded in Detroit May 1969

4. Man's Temptation 5:39
(Curtis Mayfield)
Produced and arranged by Bobby Taylor
Recorded in Detroit February 1970; strings and horns overdubbed in Los Angeles, date unknow

5. Never Can Say Goodbye alternate version 2:58
(Clifton davis)
Recorded fall 1971

6. Love Comes In Differents Flavors 3:16
(Deke Richards-Jerry Marcellino-Mel Larsen)
Produced by The Corporation
Recorded 1970

7. ABC alternate version 3:24
(The Corporation)
Produced and Arranged by The Corporation
Recorded 1970

8. Love Call 2:26
(Willie Hutch-Richard Hutch-Graves Kennedy)
Produced by Willie Hutch
Recorded 1971-72

9. Buttercup 3:53
(Stevie Wonder)
Produced by Stevie Wonder
Recorded in Los Angeles 1973

10. Lucky Day 2:43
(Don Daniels-Theresa McFaddin)
Produced by Hal Davis
Arranged by Sam Brown
Recorded in Los Angeles January-February 1974

11. I'll Try You'll Try (Maybe We'll All Get By) 4:58
(David Jones Jr.-Wade Brown Jr.-John Bristol)
Produced by Johnny Bristol
Recorded late 1972-early 1973

12. Dancing Machine alternate version 4:25
(Donald Fletcher-Weldon Dean Parks-Hal Davis)
Produced By Hal davis
Recorded 1973

Voici pour vous la trraduction du livret intérieur:

Motown, c’était l’endroit idéal pour devenir productif musicalement. Mais bien souvent, il y avait justement trop de chansons, et un grand nombre de morceaux des plus grands artistes se sont retrouvés relégués au fond des coffres. Les Jackson 5, dès lors qu’ils sont devenus le visage de la Motown au début des années 70, n’ont pas fait exception à la règle. Même si la maison de disques a déjà sorti de nombreux inédits des J5, voici un aperçu des dizaines d’autres titres incroyables enregistrés par les frères chez Motown, avec la valeur d’un album entier de musique sensationnelle jamais entendue jusqu’à présent.

Quel régal de redécouvrir les voix de Michael, Jermaine, Jackie, Marlon et Tito. “That’s What Love Is” et “Love Come in Different Flavours”, qui auraient pu devenir des tubes, sont des morceaux produits par The Corporation, ceux à qui nous devons “I Want You Back”, “ABC”, “The Love You Save” et tant d’autres. Nous avons également droit à un medley ultra rare de ces succès, enregistré spécialement pour leurs passages à la télévision, où Michael chantait en direct sur une bande instrumentale. Cette fois, la bande master contenait une voix de tête inédite ; et quel pied d’avoir enfin la voix et les arrangements originaux de “ABC” entre les mains.

Lorsque Hal Davis a collaboré avec les frères Jackson, il les a réimaginés en tant qu’interprètes de ballades pop, en leur produisant des n°1 passionnés et langoureux comme “I’ll Be There” et “Never Can Say Goodbye”. Ce dernier est inclus sur ce disque, dans une version studio avec les arrangements live – sans instruments et avec quelques touches funky. Hal a également produit le classique funk “Dancing Machine”, encore un tube qui – pour la plupart des fans – était trop court. En préparant ce disque, nous avons déniché de nouveaux extraits du titre, notamment avec la voix de Jermaine. Le coffre de Hal nous propose également l’entraînant “Lucky Day”, encore une trouvaille surprenante.

Découverte sans doute encore plus incroyable, celle de “Buttercup”. Composée et produite par Stevie Wonder et annoncée en future sortie single en 1973 – aux alentours de l’époque où les J5 ont fait les chœurs pour lui sur “You Haven’t Done Nothing”, titre qui allait devenir un tube, l’existence de “Buttercup” n’était qu’une rumeur jusqu’à aujourd’hui. Le chanteur Carl Anderson a enregistré le titre en 1982.

Ce disque contient également deux chansons produites par Bobby Talor, qui était chez Motown, celui qui a présenté les J5 à la maison de disques et qui a produit les deux tiers des morceaux de leur premier album, le plus célèbre étant la reprise grandiose de “Who’s Loving You” de Smokey Robinson. Voilà ce que Bobby a fait pour ces garçons : il a pris ce groupe de gamins novices mais prometteurs et en a fait des ambassadeurs de la soul, le tout avant qu’on ne les transforme en phénomènes pop.

“Man’s Temptation”, c’est le “Who’s Loving You” de cet album, à savoir une reprise poignante, bouleversante d’une ballade composée par une légende de la musique : il s’agit cette fois Curtis Mayfield, qui l’avait à l’époque créée pour Gene Chandler. Sur ce titre, Jackie, Jermaine et Michael s’échangent les couplets jusqu’au moment où MJ reprend les rennes dans une version qui donne des frissons. A près de six minutes d’émotions très adultes, ce morceau n’aurait pas convenu à l’image bien propre que Motown voulait donner au groupe il y a 40 ans. Le second titre écrit par Taylor est un morceau inédit et efficace : “Listen I’ll Tell You How”.

Deux chansons issues de collaborations avec Willy Hutch et Johnny Bristol, deux compositeurs et producteurs de Motown restés dans l’ombre, viennent compléter ce nouvel album. Willie, co-auteur de “I’ll Be There” et producteur de titres pour les albums des J5 ainsi que les albums solo de MJ, est celui à qui l’on doit “Love Call”, un morceau plus que rythmé. Johnny, auteur et producteur à succès des années 60, qui a notamment produit le 1er single de Jermaine en solo ainsi qu’une chanson des J5, aborde des thèmes sérieux avec “I’ll Try You’ll Try (Maybe We’ll All Get By)”, un morceau qui traite de certains problèmes sociaux et présentant plusieurs voix de tête. Ce genre de titre, qui rappelle les Temptations, était très original pour les J5, qui souhaitaient faire plus de musique dans la même veine.

Les Jackson 5 étaient des garçons talentueux, des “piliers” de la soul qui sont devenus un phénomène de la pop adulé grâce à leur enchaînement de tubes. Mais les frères étaient aussi des artistes en pleine évolution qui avant tout voulaient faire de la bonne musique, de jeunes hommes aux capacités exceptionnelles qui ont su tout interpréter, qu’il s’agisse de chansons pour ado ou d’un son R&B plus mûr, en passant par la pop et le funk, le tout avec un attrait et une intégrité artistique étonnants. I Want You Back ! vous offre encore plus de Michael, Jermaine, Jackie, Marlon et Tito que vous ne l’auriez jamais imaginé.

-HW (Harry Weinger)